Protocole d'Analgésie Post-Opératoire

Dr N.F.HAMMA/Département d’Anesthésie Réanimation/ Formation des A.M.A.R. Sp /Février 2018/ Centre Hôspitalo-Universitaire Dr lakhdar Benbadis

I. INTRODUCTION

La douleur post opératoire (DPO) est une conséquence systématique de la chirurgie elle est :
- AIGUE
- Quasi CONSTANTE et donc PREVISIBLE
- Pouvant être traitée par ANTICIPATION (avant sa survenue)
- QUANTIFIABLE (comme toute douleur) par patient/équipe soignante en utilisant les échelles d'évaluation numérique ou visuelle

  • La durée et l'intensité de la DPO diffèrent selon le type de chirurgie.
  • Elles sont modulées, de façon individuelle, par des facteurs socioculturels et psychiques : anxiété, souvenirs douloureux antérieur, urgence...
  • Elle concerne essentiellement la région opérée
  • La période post-opératoire est propice à :
    • Résurgence d'autres pathologies douloureuses (lombo-sciatique, hémorroïdes...)
    • Et/ou à la survenue de douleurs liées aux soins, à l'inconfort : kinésithérapie, perfusion, mobilisation, vomissements, transit intestinal......

II. Différents types d’analgésie

A. L'analgésie multimodale

  • Associe plusieurs classes de mode de traitement antalgique dont les mécanismes d'action interviennent à différents niveaux du système nerveux
  • En respectant les contre- indications et les intolérances individuelles
  • En évitant les effets secondaires et les surdosages médicamenteux

B. Analgésie classique médicamenteuse

  • Elle peut être prescrite par voie orale
  • Analgésie intraveineuse (morphine par PCA)
  • Analgésie autocontrôlée par le Patient (PCA), en fonction de son niveau douloureux
  • Analgésie par voie sous cutanée : injection de Morphine à intervalles réguliers
  • Analgésie péridurale ou intrathécale par la mise en place d'un cathéter

C. Analgésie locale et locorégionale

  • Utilisent des anesthésiques locaux de longue durée d'action et/ou des morphiniques injectés au contact des structures nerveuses de la zone opératoire.
  • Instaurées en début d'intervention, elles permettent l'analgésie per-opératoire (associées à une anesthésie générale ou à une sédation)
  • Sont poursuivies en post-opératoire soit en injection unique (IU) ou en injection continue ou à la demande par l'intermédiaire d'un cathéter (KT).

III. Règles générales de prescription

  • Les règles générales de prescription des antalgiques sont définies dans le cadre de protocoles standardisés de traitement et de surveillance de la douleur postopératoire (DPO).
  • Ceux -ci doivent être rédigés et réactualisés régulièrement.
  • Assurer la continuité de la gestion de la douleur de la consultation d'anesthésie à l'unité d'hospitalisation.
  • Ces documents doivent être d'utilisation simple et disponibles en permanence sur l'ensemble des sites de soins.
  • Les protocoles doivent porter sur le mode d'administration des antalgiques et sur la gestion des effets adverses.
  • Dès la consultation d'anesthésie, les avantages, inconvénients, effets indésirables et modalités de surveillance des techniques analgésiques proposées au patient sont abordés avec celui-ci ou avec ses parents. Le résultat de cet entretien et la technique prévue sont consignés dans le dossier du malade.
  • Les prescriptions doivent être personnalisées et aucun détail ne doit être négligé.

IV. Protocoles selon les différents types de chirurgie

➢ Principes
Avant toute prescription il est impératif de :

  • o Prendre en compte la douleur du patient
  • o Organiser le travail dans l’établissement et optimiser l’utilisation des techniques d’analgésie selon les recommandations sociétés savantes.
  • o Mesurer la douleur
  • o Former le personnel
  • o Informer le patient

V. Conclusion

➢ Les consultations d'anesthésie et de chirurgie, la visite pré-opératoire permettent de définir les types d'anesthésie et d'analgésie post-opératoire les mieux adaptés à la chirurgie et au patient
➢ L'évaluation régulière du niveau de douleur par les soignants est en étroite collaboration avec la personne opérée permet de mieux adapter le traitement antalgique et d'anticiper les soins douloureux
➢ Une analgésie post-opératoire de bonne qualité favorise une réhabilitation précoce et une diminution de la durée d'hospitalisation

hebergement d'image

hebergement d'image

hebergement d'image

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 05/05/2018

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site