Halopéridol (HALDOL®)

Présentation

Solution injectable à 5 mg/ml :  Ampoules de 1 ml, boîte de 5

Comprimé (blanc) :  Boîte de 40, sous plaquettes thermoformées.

Solution buvable :  20 mg/ml sol buv

Solution buvable à 2 mg/ml :   Flacon compte-gouttes de 15 ml (300 gouttes) avec bouchon de sécurité-enfant.

Comprimé à 5 mg (rose) :  Boîte de 30, sous plaquettes thermoformées.

 

Indication

  • Traitement de courte durée des états d'agitation et d'agressivité au cours des états psychotiques aigus et chroniques (schizophrénies, délires chroniques non schizophréniques : délires paranoïaques, psychoses hallucinatoires chroniques).
  • Vomissements lors de traitements antimitotiques post-radiothérapiques.

 

Posologie

Réservé à l'adulte. (Voie injectable IM ou IV).

La posologie minimale efficace sera toujours recherchée. Si l'état clinique du patient le permet, le traitement sera instauré à dose faible, puis augmenté progressivement par paliers. La posologie est de 1 à 4 ampoules par jour par voie intramusculaire.

Vomissements lors de traitements antimitotiques post-radiothérapiques :

  • Voie intramusculaire : 1 ampoule à 5 mg.
  • Voie intraveineuse : 1 ampoule à 5 mg en perfusion, à renouveler éventuellement 2 à 3 fois par jour.

 

Contre indication

Absolues :

  • Hypersensibilité connue à l'halopéridol ou à l'un des composants de la solution.
  • État comateux, dépression du système nerveux central due à l'alcool ou à d'autres agents dépresseurs, lésions connues des noyaux gris centraux.
  • Agonistes dopaminergiques (amantadine, bromocriptine, entacapone, quinagolide, lisuride, pergolide, piribédil, ropinirole, cabergoline, pramipexole, apomorphine) en dehors du cas du patient parkinsonien ; sultopride : cf Interactions

Relatives :

  • Allaitement.
  • Alcool ; lithium ; lévodopa ; 
  • médicaments donnant des torsades de pointes : antiarythmiques de classe I a (quinidine, hydroquinidine, disopyramide) et de classe III (amiodarone, ibutilide, dofétilide, sotalol), 
  • certains neuroleptiques (thioridazine, chlorpromazine, lévomépromazine, trifluopérazine, cyamémazine, sulpiride, amisulpride, tiapride, pimozide, dropéridol), 
  • et autres médicaments tels que : bépridil, cisapride, diphémanil, érythromycine IV, mizolastine, vincamine IV, halofantrine, pentamidine, sparfloxacine, moxifloxacine... ; 
  • agonistes dopaminergiques (amantadine, bromocriptine, entacapone, quinagolide, lisuride, pergolide, piribédil, ropinirole, cabergoline, pramipexole, apomorphine) chez le parkinsonien.
Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site