Halopéridol (HALDOL®)

Présentation

Solution injectable à 5 mg/ml :  Ampoules de 1 ml, boîte de 5

Comprimé (blanc) :  Boîte de 40, sous plaquettes thermoformées.

Solution buvable :  20 mg/ml sol buv

Solution buvable à 2 mg/ml :   Flacon compte-gouttes de 15 ml (300 gouttes) avec bouchon de sécurité-enfant.

Comprimé à 5 mg (rose) :  Boîte de 30, sous plaquettes thermoformées.

 

Indication

  • Traitement de courte durée des états d'agitation et d'agressivité au cours des états psychotiques aigus et chroniques (schizophrénies, délires chroniques non schizophréniques : délires paranoïaques, psychoses hallucinatoires chroniques).
  • Vomissements lors de traitements antimitotiques post-radiothérapiques.

 

Posologie

Réservé à l'adulte. (Voie injectable IM ou IV).

La posologie minimale efficace sera toujours recherchée. Si l'état clinique du patient le permet, le traitement sera instauré à dose faible, puis augmenté progressivement par paliers. La posologie est de 1 à 4 ampoules par jour par voie intramusculaire.

Vomissements lors de traitements antimitotiques post-radiothérapiques :

  • Voie intramusculaire : 1 ampoule à 5 mg.
  • Voie intraveineuse : 1 ampoule à 5 mg en perfusion, à renouveler éventuellement 2 à 3 fois par jour.

 

Contre indication

Absolues :

  • Hypersensibilité connue à l'halopéridol ou à l'un des composants de la solution.
  • État comateux, dépression du système nerveux central due à l'alcool ou à d'autres agents dépresseurs, lésions connues des noyaux gris centraux.
  • Agonistes dopaminergiques (amantadine, bromocriptine, entacapone, quinagolide, lisuride, pergolide, piribédil, ropinirole, cabergoline, pramipexole, apomorphine) en dehors du cas du patient parkinsonien ; sultopride : cf Interactions

Relatives :

  • Allaitement.
  • Alcool ; lithium ; lévodopa ; 
  • médicaments donnant des torsades de pointes : antiarythmiques de classe I a (quinidine, hydroquinidine, disopyramide) et de classe III (amiodarone, ibutilide, dofétilide, sotalol), 
  • certains neuroleptiques (thioridazine, chlorpromazine, lévomépromazine, trifluopérazine, cyamémazine, sulpiride, amisulpride, tiapride, pimozide, dropéridol), 
  • et autres médicaments tels que : bépridil, cisapride, diphémanil, érythromycine IV, mizolastine, vincamine IV, halofantrine, pentamidine, sparfloxacine, moxifloxacine... ; 
  • agonistes dopaminergiques (amantadine, bromocriptine, entacapone, quinagolide, lisuride, pergolide, piribédil, ropinirole, cabergoline, pramipexole, apomorphine) chez le parkinsonien.
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×